Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Isabelle Chassot, directrice de l’Office Fédéral de la Culture (OFC),  Alain Berset, Président de la Confédération,   et Ivo Kummer, directeur de la Section Cinéma de l’OFC.     

Cinéma

Au Locarno Festival, un Prix d’excellence culturelle à la Suisse

L’Office fédéral de la culture tient sa traditionnelle conférence de presse locarnaise. Alain Berset, Isabelle Chassot et Ivo Kummer détaillent les succès du Message culture et élaborent la suite

Sur une planète qui politiquement, financièrement, socialement, écologiquement file du mauvais coton, il subsiste un endroit où le pire ne semble pas garanti et le mieux une option mesurable: la culture en Suisse. C’est en tout cas l’impression qui se dégage de la conférence de presse tenue à la Ghisla Art Foundation par Alain Berset, président de la Confédération, Isabelle Chassot, directrice de l’Office fédéral de la culture (OFC), et Ivo Kummer, directeur de la Section Cinéma de l’OFC.

En 2015, le même trio présentait à Locarno le Message culture 2016 à 2020 qui définissait l’orientation de la politique culturelle de la Confédération. Le calendrier a été tenu, les mesures mises en place. Aujourd’hui, les autorités planchent sur le prochain Message (2021-2024) qui maintient et affine les axes stratégiques, à savoir «la participation culturelle, la cohésion sociale, la création et l’innovation».

Lire aussi: Huit idées pour sauver les salles de cinéma

Parlé italien

La cohésion sociale passe par la connaissance des langues nationales. Ce «gros enjeu pour un pays quadrilingue» passe par la mobilité des élèves et de leurs enseignants entre les différentes régions linguistiques. Actuellement, seuls 2% des élèves ont accès à des échanges culturels. L’idée est qu’à l’avenir tous les enfants suisses puissent participer à ces échanges. Ils étaient 6250 en 2017, ils sont déjà 5300 en 2018, la barre des 10 000 devrait être atteinte d’ici à la fin de l’année.

Un accent a été mis sur la promotion de l’italien. Les cantons de Vaud et de Berne ont déjà introduit une maturité bilingue avec la langue de Dante. Même le bon vieux romanche n’est pas oublié, «car une langue ne peut être préservée que si elle est parlée et lue», rappelle Isabelle Chassot. Par ailleurs le programme Jeunesse et musique a permis l’an dernier à 8500 jeunes de participer à des cours ou des camps de musique. Ils seront 11 000 en 2018.

Autre facteur important de cohésion sociale: l’environnement bâti. Dans le cadre de l’année européenne du patrimoine culturel, la Confédération a pris diverses initiatives pour souligner son importance essentielle. En janvier, Alain Berset a invité les ministres européens de la Culture à une conférence qui a débouché sur la Déclaration de Davos. Les Etats signataires de ce document s’engagent à développer une culture du bâti de qualité.

Billets de cinéma

Le financement public de la culture en Suisse s’élève à 2882,6 millions – 302,6 de la Confédération, 1197,9 des cantons et 1382,1 des communes. L’économie créative occupe quelque 275 000 personnes et génère une valeur ajoutée annuelle de 22 milliards.

Quant au cinéma, puisque c’est cet art que Locarno célèbre, il bénéficie en Suisse d’un volume de financement estimé à 69 millions de francs (contre 41 en 2012), assuré à 31% par l’OFC, 26% par les régions, 18% par la Télévision et 25% divers (fonds propres des producteurs, Suissimage, distributeurs). La région germanophone se taille la part du lion en finançant 61% du cinéma suisse, contre 33% la francophone et 7% l’italophone.

Le plus grand succès du cinéma suisse en 2017 est Die Göttliche Ordnung – L’ordre divin, de Petra Volpe, avec 344 148 billets vendus. On est loin des 941 412 billets des Faiseurs de Suisses, de Rolf Lyssy (1978), ou même des 596 131 entrées des Mamies ne font pas dans la dentelle, de Bettina Oberli (2006), mais le cinéma a perdu en popularité. Et en Suisse alémanique, l’obtention du droit de vote des femmes a battu de 40 000 entrées Le dernier Jedi

Il reste un point à améliorer: les réalisatrices sont sous-représentées avec 25% de films de fiction et 29% de documentaires. Et les coûts de ceux-ci sont 20% plus bas que ceux de leurs mâles confrères…

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps