Cette année, la bande-annonce du Locarno Film Festival flanque son léopard emblématique d'une fière devise: «Cinema is back». Oui, le cinéma est de retour après quelque 18 mois de disette et le Tessin s'enorgueillit avec raison d'oser relancer la machine à rêve en grand format et sur la Piazza Grande. Bon, la 74e édition de la manifestation a encore des timidités de convalescente. Les bistrots ne sont pas bondés, la contenance des salles a été revue à la baisse, la pluie s'incruste. Les spectateurs ne balaient pas du regard les rangées de fauteuils pour y apercevoir un ami, mais se penchent pour trouver la rangée où ils ont réservé leur place...

Mais c'est bon de retrouver le festival, ses habitués, de camarades perdus de vue. Il y a de l'exultation dans l'air à la Magistrale où se déroule la cérémonie d'ouverture. Certificat covid dûment scanné, les invités sont autorisés à tomber le masque, et voir sourire une foule fait du bien à l'âme.

«Le pouvoir d'éveil»

«Quel plaisir de vous revoir», s'exclame Alain Berset en exorde de son allocution. Il cite Griffith qui, en 1924, prophétisait qu'en 2024 le cinéma aurait supprimé tous les conflits – ce qui semble aujourd'hui excessivement optimiste. «Mais l'histoire retiendra que le cinéma a contribué à supprimer la pandémie de la surface de nos pensées», poursuit le conseiller fédéral. Il cite le regretté Bertrand Tavernier selon lequel celui qui dit que le cinéma arrête le guerre et la misère se trompe: le cinéma n'a que «le pouvoir d'éveil». Le ministre de la Santé a souvent été critiqué pour sa gestion de la pandémie; le ministre de la Culture est chaudement applaudi par le monde de la culture.

Grand admirateur de Borgès, Marco Solari, président du festival, s'inscrit en faux contre l'assertion de l'écrivain estimant que «toute entreprise est vaine» pour invoquer l'immense émotion que suscite la rencontre de l'artiste et du spectateur. Giona A. Nazzaro, le nouveau directeur artistique se félicite de la volonté de rouvrir la Piazza Grande à n'importe quel prix, de travailler «tous et toutes ensemble comme les étoiles dans le ciel». Et de préciser que c'est le mot «ensemble» qui importe.


Quelques-uns de nos articles sur Locarno 74