exposition

L’œuvre au noir de Pierre Soulages

Une quinzaine de toiles sont exposées à Lausanne

Pierre Soulages est de retour à la Galerie Alice Pauli à Lausanne, avec des pièces récentes. Une quinzaine de toiles monumentales se présentent comme des champs de terre noire, où l’artiste cultive la lumière. Le spectateur est invité à évoluer devant les œuvres, de manière à en saisir les reliefs puissants et les reflets changeants.

Usant désormais de la couleur acrylique – plus stable que l’huile, explique-t-il –, le peintre charge le support d’une matière satinée, parfois il ajoute une fine couche plus mate, enfin, à l’aide d’instruments forgés de sa main, tels que des morceaux de semelle qui ont l’avantage de la souplesse, il creuse le fond obtenu, taillant à vif la substance goudronneuse.

Au passage répété de l’instrument, qui suscite un rythme, répondent des constructions plus amples et générales, centrage des interventions, ou coupes obliques, ou agencements sous forme de polyptyques. Certaines pièces arborent des vagues plus mouvementées que d’autres, et que par le passé, effet d’une gestualité certes contrôlée, mais bien réelle pourtant.

Ombre parmi les reflets

Considérant ces plages noires où, au sein des sillons diversement inclinés, joue la lumière, où apparaît notre propre reflet, ou plutôt notre ombre parmi les reflets, on est saisi non seulement par ce faisceau d’indices et de rayons qui tend à nous absorber, mais aussi par l’extraordinaire présence de cette matière noire où le peintre a créé des glissements, des passages brillants, des barbes destinées à cueillir au vol l’éclat du jour.

Un rapport à l’espace est mis en évidence, ainsi qu’un rapport au temps. L’espace induit, commente Pierre Soulages, ne se trouve pas dans la toile, mais devant: là où on se trouve. D’où l’effet de cette peinture, qu’on expérimente autant qu’on la regarde. Le terme de contemplation, qui comprend la notion du temps passé devant l’œuvre, est le plus juste en l’occurrence.

Pierre Soulages. Peintures 2010-2012. Galerie Alice Pauli (rue du Port-Franc 9, Lausanne, Tél. 021 312 87 62). Ma-ve 9-12h30 et 14-18h30, sa 10-12h30 et 14-17h30. Jusqu’au 27 juillet.

Publicité