«Si nous avions tous la même idée de la culture, nous aurions depuis longtemps une loi fédérale pour l'encourager!» Josiane Aubert (PS), la présidente, justifie ainsi la lenteur avec laquelle la Commission de la science, de l'éducation et de la culture avance dans l'examen du projet de loi sur l'encouragement de la culture (LEC). «Pour chaque article, il y a une foule de nouvelles propositions! Mais les débats sont riches et intéressants.» La discussion en plénière est donc repoussée: le Conseil national ne parlera sans doute pas des textes sur la culture avant décembre, alors que le débat était attendu pour décembre dernier.

Vendredi, lors de sa troisième réunion, la commission a abordé le débat sur la culture élitaire et populaire. La commission a décidé, par 15 voix contre 6 et 3 abstentions, d'introduire l'obligation pour la Confédération de soutenir aussi la culture dite «populaire». «Encore faut-il nous mettre d'accord sur la signification de ce terme. Est-ce la culture amateure ou celle qui plaît au plus grand nombre?» s'interrogeait encore Josiane Aubert vendredi soir.

La question de Pro Helvetia

La question de la sécurité sociale des artistes a été jugée importante. Elle ne sera pas réintégrée dans la LEC, mais la réglementation des institutions de prévoyance pour ces travailleurs atypiques continuera d'occuper la commission.

Enfin, on attendait une grande discussion sur l'avenir de Pro Helvetia après la décision, à la séance précédente, d'intégrer la Loi sur Pro Helvetia dans la LEC. Jeudi dans le Tages-Anzeiger, le directeur de la Fondation, Pius Knüsel, y voyait une menace pour l'autonomie et même l'existence de Pro Helvetia. «Il exagère. Je pense qu'il n'y a pas forcément besoin d'une loi pour garantir l'autonomie. Nous pouvons la préserver dans un article ad hoc», estime Josiane Aubert.

Mais le principe d'une loi unique est acquis par la commission, et les services du parlement travaillent à un paragraphe de la LEC qui traitera de Pro Helvetia. Il sera discuté par la commission les 26 et 27 juin.