Demandez à des enfants d'où vient l'ombre; la plupart répondront qu'elle vient de la lumière. Bien vu! De moins nombreux avanceront, plus finement, qu'elle est liée à l'objet lui-même. Il suffit de se remémorer que – dans certains contes – des personnages la vendent au diable pour réaliser qu'ils en sont effectivement les propriétaires. Mais entre l'ombre absolue et l'ombre propre à l'objet, n'existe-t-il pas d'autres variétés? Telles que l'ombre projetée et l'ombre portée. Le propos de l'exposition, organisée par la galerie Andata/Ritorno à Genève, n'est toutefois pas si pointu. Il se veut néanmoins didactique.

Cette exposition réunit une dizaine de travaux de quelque sept artistes (genevois et étrangers) qui jouent avec la notion d'ombre dans leurs dispositifs sculpturaux. Avec sa sculpture mobile, faite d'une troupe de petites formes imitant des oiseaux, Carmen Perrin ajoute même à cette notion celle du bruissement. Tandis que Bernard Moninot projette des ombres pour donner à voir des objets. Et que Gérald Minkoff, utilisant de la peinture phosphorescente, montre que l'ombre peut être complètement décalée des sources qui la produisent.

C'est sur cette magie que compte Joseph Farine, le responsable de la galerie, pour interpeller les élèves des écoles qui viennent s'initier à ce thème. Aux classes qui se sont inscrites, il propose – après visite, commentaires et discussions sur l'exposition – la réalisation d'un travail collectif. Dans la seconde salle de la galerie, les enfants (de 7 à 12 ans) sont invités à suspendre des silhouettes faites de formes de papier découpées et de fil de fer. On leur suggère juste que cette salle pourrait être une sorte de bocal à poissons. Et lors de notre passage, on voyait danser contre les murs de beaux spécimens d'étoiles de mer, d'hippocampes et de crabes. Mais le plus intéressant est de noter l'imagination dont font preuve les enfants pour bricoler des figures qui ne donnent leur pleine mesure qu'une fois leurs ombres projetées sur les murs.

Ph. M.

L'enfance de l'art: 1. L'ombre. Galerie Andata/Ritorno (rue du Stand 37, tél. 022/ 329 60 69). Jusqu'au 20 mai.