Pour sauver la culture, dont la survie a été mise en péril par l'épidémie due au coronavirus, le gouvernement britannique a annoncé dimanche débloquer une aide de 1,57 milliard de livres (1,85 milliard de francs).

Il s'agit du «plus gros investissement ponctuel jamais réalisé dans la culture britannique», a annoncé dimanche dans un communiqué le gouvernement. Les théâtres, musées, galeries, palais historiques seront éligibles, tout comme les organismes relevant de la musique, du patrimoine ou du cinéma indépendant.

L'immense majorité de cette aide (1,15 milliard de livres) ira aux institutions culturelles de l'Angleterre, sous forme de subventions (880 millions) et de prêts (270 millions). L'Irlande du Nord, l'Écosse et le Pays de Galles se verront dotés respectivement de 33, 97 et 59 millions de livres.

Lire également: Coronavirus: les festivals de l’été retiennent leur souffle

Un secteur qui a particulièrement souffert

«J'avais dit que je ne laisserais pas tomber le secteur culturel et cet investissement massif montre notre engagement», a jugé le ministre de la culture Oliver Dowden. Il a dit comprendre les «graves défis» auxquels les 700 000 employés du secteur font actuellement face.

Ce secteur a particulièrement souffert, privé de tout revenu depuis l'instauration du confinement le 23 mars. Samedi, les musées et cinémas ont été autorisés à rouvrir. Mais en raison des mesures de distanciation physique, l'avenir des concerts et des festivals est beaucoup plus incertain.

«Le coeur battant» du Royaume-Uni

Depuis plusieurs jours, les appels à l'aide se succédaient. Jeudi, quelque 1500 grands noms de la musique britannique avaient adressé une lettre ouverte au ministre de la culture, l'exhortant à agir.

Lire aussi: Plus d'un millier d'artistes appellent le gouvernement à sauver la scène britannique

Le premier ministre Boris Johnson s'est réjoui dimanche de cette annonce, estimant que les «comédies musicales emblématiques», «expositions fascinantes» et «concerts donnés dans les sous-sols» des pubs locaux constituaient «le coeur battant» du Royaume-Uni.