FESTIVAL

Le looser Jack Palmer gagne à Angoulême

Cuvée 2001 réjouissante avec un Alph-Art à Pétillon

Jack Palmer, le détective looser et prince de la gaffe, est devenu roi du Festival d'Angoulême. Comme nous l'appelions de nos vœux (Samedi culturel du 20 janvier), L'Enquête corse de René Pétillon a reçu hier le prix Alph-Art du meilleur album de l'année. Douze ans après avoir été sacré Grand Prix d'Angoulême, Pétillon est à nouveau honoré pour l'enquête déjantée de son personnage fétiche. Cette palme ne fait que confirmer un succès considérable: tiré à 30 000 exemplaires par Albin Michel en novembre, L'Enquête corse en est déjà à plus de 85 000 exemplaires vendus. Fabuleux prolongement des dessins de presse de Pétillon dans Le Canard enchaîné, la dernière mésaventure de Palmer trace un portrait désopilant et acéré de «l'exception corse», fait de combines, de compromissions et de nationalisme mafieux.

L'Alph-Art du scénario revient à un étonnant roman graphique de Fred Vargas et d'Edmond Baudoin, Les Quatre fleuves (éd. Viviane Hamy). La romancière et le dessinateur ont travaillé à quatre mains à l'écriture de cet ouvrage, calligraphié quand il n'est pas dessiné, qui aborde avec humour et tendresse des personnages dans les marges. Grégoire et son pote volent un sac, ouvrant une boîte de Pandore meurtrière. Un autre personnage est aussi la banlieue où vivent Grégoire et son clan, avec ce père dont le grand œuvre est la reconstitution grandeur nature de la fontaine des Quatre fleuves du Bernin en capsules et canettes de bière…

L'Alph-Art étranger va à l'Argentin Carlos Nine et son Canard qui aimait les poules, avec d'étonnantes réminiscences de Krazy Kat (Albin Michel); l'Alph-Art coup de cœur à Persépolis, de l'Iranien Marijane Satrapi (L'Association); l'Alph-Art humour à Napoléon et Bonaparte de Rochette (Casterman); l'Alph-Art du public aux Bidochon usent le forfait de Binet (Fluide Glacial); et le prix de la critique à From Hell, un pavé de 576 pages de Moore et Campbell (Delcourt). Il faudra y revenir.

Festival d'Angoulême, jusqu'au 28 janvier (www.bd-angouleme.fr)

Publicité