Lyrique

L’Opéra de Lausanne présente sa nouvelle saison

Le directeur Eric Vigié a dévoilé ses axes 2010-2011, qui convient Max Emanuel Cencic et Bénédicte Tauran sur le plateau, ainsi que Philippe Sireuil et l’actrice Anémone à la mise en scène

Retour au Théâtre municipal. Mais, sur scène, point de décors ni de musiciens; l’équipe de direction de l’Opéra de Lausanne y tenait aujourd’hui conférence de presse pour présenter la saison 2010-2011 devant un parterre de journalistes. Pour mémoire, des travaux devraient permettre à cette salle de profiter de nouvelles technologies et d’un plateau agrandi; de multiples oppositions retardent le début des opérations.

Du côté des pouvoirs publics, on se veut rassurant sur l’issue de cette «mise à l’épreuve des nerfs». La municipale Sylvia Zamora s’est dite «personnellement convaincue» que le processus entrait dans sa dernière phase, puisque les oppositions «ont été levées par la ville» et que, dans cette période de recours, «aucun élément nouveau n’a été amené par les opposants». En attendant, l’Opéra de Lausanne reste une institution hors les murs, comme le souligne avec plus ou moins de finesse le slogan de cette nouvelle programmation, «Camping». Les spectacles seront donnés à la Salle Métrople et au Théâtre de Beaulieu.

Eric Vigié est resté fidèle à ses principes, à savoir proposer des productions capables d’attirer et de satisfaire un public le plus large possible. On sent pourtant une volonté de renouvellement et d’ouverture un peu plus grande que par le passé. Même si, comme à son habitude, le directeur artistique s’est abstenu de présenter du répertoire contemporain.

Parmi les belles perspectives de cette nouvelle saison, signalons «Un bal masqué» de Verdi, donné en spectacle d’ouverture. La mise en scène, confiée à Philippe Sireuil (une très belle «Bérénice» comme dans un chuchotement, dernièrement au Théâtre de Carouge ), promet quelques audaces; l’action y est transposée en pleine campagne électorale américaine, dans l’ombre de Kennedy.

A noter aussi la toute première incursion lyrique de l’actrice française Anémone. L’ancienne égérie du Splendid a choisi une opérette peu connue de Charles Lecocq, «La Fille de Mme Angot», qui tiendra le rôle du traditionnel spectacle de fin d’année. On y retrouvera aussi la jeune et talentueuse soprano Bénédicte Tauran (troisième prix au concours de Genève en 2003, premier prix au concours Viotti de Lausanne en 2008), aux côtés du ténor Emiliano Gonzalez Toro, aperçu récemment dans «La Périchole».

Clôture de saison baroque, enfin, avec le retour très attendu du fabuleux contre-ténor Max Emanuel Cencic dans «Rinaldo» de Haendel - depuis ses débuts à Lausanne dans «La Chauve-souris» en 2007, la carrière de ce chanteur croate n’a cessé de se développer. Eclairages à la bougie, toiles peintes et ballet, on nous promet une mise en scène «d’époque», signée Louise Moaty.

Publicité