Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La cause féministe peut compter sur la force de frappe de la plus célèbre des plateformes vidéos.
© Mathilde Aubier

Féminisme

Lorsque Youtube parle aux femmes

En marge des astuces beautés, un courant alternatif s’étoffe sur plus la célèbre des plateformes vidéos. Entre réflexions personnelles et explications lumineuses, les instigatrices et instigateurs de ce mouvement ravivent un féminisme morose

Vidéos créatives, explicatives, humoristiques sur des sujets divers fleurissent sur YouTube. L’avortement, la musculature féminine, les maladies mentales, l’introversion, le Brexit figurent parmi la ribambelle de thèmes qui peuvent être abordés par des hommes, mais surtout par les femmes. Le point commun de toutes ces micros films? Une réflexion sur la société qui part d’expériences personnelles.

Ainsi, dans «pas féminine», Solange te Parle s’efforce de lutter contre «ce conditionnement qui nous aliène». «Arrête les manucures, tu n’as pas ce genre de temps, ça te fragilise… Des mains sensuelles sont des mains qui risquent», affirme-t-elle.

Machine à café

Le contenu très subjectif de ces vidéos rend le format du vlog – contraction de «vidéo» et de «blog» – incontournable. Et permettent à leurs auteur.e.s de s’exprimer sur n’importe quel sujet, et d’expérimenter toutes sortes de variations. Exemple? La chaîne Justkissmyfrog propose en vrac tranches de vies, interviews, vidéos artistiques… Ou encore, Mardi Noir et sa série «Psychanalyse-toi la face»: joyeux mélange de vulgarisation psycho, vlog et réflexions personnelles. Des formats plus professionnels et ouvertement féministes existent également. Cela va de la chaîne explicative de MTV Braless à l’exquise websérie «Martin Sexe Faible», qui imagine un monde dominé par les femmes.

Le fonctionnement en ligne est le même que hors ligne: quand on parle à quelqu’un, à un bar ou à la machine à café, c’est un intérêt mutuel qui crée un rapport personnel entre les interlocuteurs

La question reste de savoir pourquoi et comment des vidéos si diverses et subjectives peuvent avoir un réel impact sur les internautes. Selon Stephanie Booth, spécialiste dans la présence personnelle sur le Web et de la transformation numérique, «le fonctionnement en ligne est le même que hors ligne: quand on parle à quelqu’un, à un bar ou à la machine à café, c’est un intérêt mutuel qui crée un rapport personnel entre les interlocuteurs. Avec Internet, on expose ses réflexions à l’ensemble des utilisateurs et non plus seulement aux collègues et aux amis. Mais le mécanisme d’influence reste le même: on sera plus à l’écoute d’une expérience personnelle commune, que face à un discours rationnel idéologique trop structuré». C’est là la force des vidéos: leur dimension personnelle interpelle et questionne. On le voit dans les commentaires, mais aussi dans les réponses entre Youtubeurs.

Effets limités

YouTube devient alors un véritable laboratoire où s’élabore le renouveau de la pensée féministe. Loin des discours théoriques ou politiques, l’horizontalité du Net permet au plus grand nombre de partager ses observations et ses opinions, pour ainsi redéfinir le féminisme et composer avec ses héritages. Cette tendance «remet le féminisme à la mode», estime Francine Descarries, Professeur à l’Institut de recherches et d’études féministes à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et directrice du réseau québécois en études féministes.

Cependant, pour elle ces vidéos «s’adressent à une classe de femmes qui emprunte déjà la voie de la libération, qui se trouve déjà dans une position privilégiée. Elles ont donc un effet limité, car elles ne tiennent pas forcément compte d’autres problématiques comme le racisme, la pauvreté que vivent un nombre considérable de femmes. Ce qui ne se retrouve peu ou pas dans les messages diffusés.»

Ces vidéos, même réductrices, offrent une alternative bienvenue à l’image de la femme véhiculée par la plupart des images diffusées sur la plateforme

Youtube est donc un média comparable aux tracts, pamphlets et essais politiques utilisés par les militants et les intellectuels. Mais dont l’utilité pour la cause féministe reste cependant relative. «La lutte pour les droits et l’égalité entre hommes et femmes est d’ordre systémique, culturel, économique et politique. Ces vidéos donnent certes une visibilité publique à la question de l’inégalité entre les sexes, mais ce sont davantage des changements institutionnels et socio-économiques qui sont nécessaires pour s’assurer des droits humains et des bonnes conditions de vie à toutes les femmes.»

Cela dit, ces vidéos, même réductrices, offrent une alternative bienvenue à l’image de la femme véhiculée par la plupart des images diffusées sur la plateforme. La force de frappe de Youtube est une alliée toujours bonne à prendre.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps