«Cette saison a été particulièrement riche et fatigante. Remercier les musiciens est le moins que l’on puisse faire!» Florence Notter, présidente de la Fondation de l’OSR, est tout sourire. Avant le départ en tournée au Japon, et après la saga wagnérienne du Ring qui s’est ajoutée à une programmation symphonique et lyrique déjà intense, la direction de l’orchestre genevois a convié les musiciens à une collation à la Nautique du Port Noir. Cette invitation de clôture pourrait devenir «une tradition». Et aussi l’occasion de faire annuellement un petit bilan sur les mois écoulés, et de mettre en lumière les projets d’avenir.

«Nous voulons nous concentrer sur le futur, maintenant que l’équipe de direction a trouvé son rythme de croisière et mis en route les gros dossiers qui attendent l’orchestre», ajoute Florence Notter. Parmi ceux-ci, la nomination d’un futur chef est entamée et les candidatures seront étudiées quand tous les sélectionnés auront été entendus à la tête de l’orchestre. Tendez l’oreille…

Parmi le lot des événements salués, la prolongation jusqu’au 31 août 2017 du contrat du principal chef invité Kazuki Yamada figure en tête de liste. Depuis son apparition fulgurante en juin 2010, le Japonais entretient des liens privilégiés avec l’OSR. La collaboration sera peut-être encore enrichie d’une année supplémentaire jusqu’en 2018, à raison de trois productions par saison, d’une autre tournée japonaise en 2017 et d’enregistrements avec la maison de disques Pentatone.

Les jeunes font aussi partie des priorités de la saison prochaine. L’activité pédagogique sera étoffée de six concerts du samedi en famille, d’un programme «d’orchestre en classe» et de parcours à la découverte de l’OSR pour 16 classes du primaire et du secondaire, préparées en amont avec leurs professeurs. Les enfants auront ainsi accès à des visites de l’orchestre, des ateliers et huit concerts auxquels ils pourront venir avec leurs parents.

Dans la même orientation jeunesse, un projet de partenariat avec l’orchestre du Collège de Genève et son chef Philippe Béran voit encore le jour pour pérenniser la collaboration entre les deux formations. Elles se produiront ensemble chaque saison lors de nouveaux concerts (DIP et Prélude), et un coaching des musiciens de l’OSR sera mis en place pour motiver les jeunes instrumentistes à la pratique orchestrale.

Enfin, l’aspect purement artistique sera mis en valeur à travers un concert exceptionnel hors abonnement. Le 5 septembre prochain, la soprano allemande Diana Damrau est invitée à chanter en soliste dans un programme Verdi alors que le chef italien Gianandrea Noseda, grand représentant du répertoire de son pays, se lancera aussi dans Mort et transfiguration de Richard Strauss et l’Oiseau de feu de Stravinski.

Quand on sait quel meneur inspirant et habité est l’actuel directeur musical du Teatro Regio de Turin, venu du BBC Philharmonic, on se dit qu’il faudra être particulièrement attentif à sa première venue devant l’OSR. Son «époustouflant» Rigoletto au festival d’Aix-en-Provence ( LT du 08.07.2013 ) et son Requiem frémissant et intense à Verbier ( LT du 03.08.2013 ), l’été passé, l’inscrivent dans la grande filiation transalpine de la direction et le placent sur les cases majeures de l’échiquier musical international. A suivre…