On lui donnerait le bon Dieu sans confession à Jean-Guihen Queyras. Le violoncelliste a l’air d’un adolescent. Très sympathique, il communique avec le public du Victoria Hall ce mercredi soir et joue magnifiquement de son Giofreddo Cappa de 1696. Un musicien craquant.