«L'OSR doit être l'orchestre de tous les Genevois.» Steve Roger, administrateur de la phalange romande, pèse ses mots. C'est que les efforts déployés aux portes de cette nouvelle saison 2008-2009 prennent une ampleur inédite, réjouissante. Deux cent vingt cinq mille CD (!) seront distribués gratuitement à tous les foyers genevois, à la fin du mois de novembre. Un catalogue d'extraits saisis sur le vif, durant les trois premières années de règne de Marek Janowski. Coût de l'opération: 150000 francs, entièrement pris en charge par l'Association genevoise des Amis de l'OSR et la Fondation Hans Wilsdorf.

Une volonté bienvenue de démocratiser le marketing, qui représente un budget annuel de 800000 francs? «Nous l'avons toujours fait, répond Steve Roger. Le message est resté le même depuis dix ans.» Et les couples un peu vieux jeu mis en scène dans la campagne 2007-2008? «Une des trois affiches montrait des jeunes. Et puis nous avons aussi lancé une vente d'abonnements au centre commercial de Balexert...»

Mais ce n'est pas tout. Vendredi matin en conférence de presse au Victoria Hall de Genève, les têtes pensantes de l'OSR annonçaient encore un partenariat médiatique avec Le Matin Bleu, sans parler de ces 45 silhouettes de violonistes, violoncellistes et flûtistes, bleues elles aussi. Disséminées un peu partout au centre de Genève, «elles représentent l'enracinement des musiciens dans leur ville», explique Metin Arditi, président de la Fondation de l'orchestre. Rien de fondamentalement révolutionnaire, d'autant que la pertinence graphique et visuelle reste discutable. Mais les intentions sont là.

L'heure est aux ambitions, donc. Celles, aussi, d'étendre à tous les concerts la qualité des meilleurs soirs, d'éviter coûte que coûte ces baisses de régime trop fréquentes il y a quelques années. Il faut dire que l'orchestre évolue actuellement dans une conjoncture artistique ascendante, catalysée par la reconduction de Marek Janowski en tant que chef principal et directeur artistique jusqu'en 2015.

Après les mandats plus transitoires de Fabio Luisi et Pinchas Steinberg, cette stabilité relationnelle entre le maestro et ses troupes va permettre, promet-on, un travail de fond. Et Marek Janowski n'a pas attendu pour s'en donner les moyens. Il sait que pour élever réellement le niveau artistique de l'orchestre, il faut réduire le nombre de services des musiciens, très sollicités par rapport à d'autres ensembles suisses. Et éviter les chevauchements entre activités symphoniques au Victoria Hall et activités lyriques au Grand Théâtre, qui représentent tout de même 40% du planning. D'où un calendrier remanié, et un nouvel accord avec la fondation de l'opéra genevois.

«Cette nouvelle organisation est peut-être le changement le plus important, insiste Metin Arditi. Actuellement, l'agencement des activités ressemble certaines semaines à un club-sandwich. Cela rend impossible une réelle identification aux œuvres de la part des musiciens.» En conséquence, la série de concerts «Mosaïque» disparaîtra la saison prochaine, poursuit-il. «Les objectifs de cette série consacrée aux cross-overs, à savoir promouvoir l'OSR auprès d'un nouveau public, ont été absolument atteints.»

Les conditions de travail des musiciens devraient également être garanties par une nouvelle convention, signée prochainement entre le canton, la Ville et l'orchestre. Désormais quadriennal (il portait auparavant sur trois ans), ce contrat stipule un soutien financier de 18 millions de francs, soit en augmentation de 2 millions. «Une nécessité face à l'évolution des salaires, dictée par l'inflation», estime Steve Roger. «Et puis nous nous devons de proposer aux musiciens une offre salariale concurrentielle afin d'attirer les meilleures candidatures possibles lors de la mise au concours d'un poste.»

De quoi aborder l'avenir sereinement, sachant que l'année 2008 affiche un résultat record côté sponsoring, plus d'un million de francs, et que Vacheron Constantin deviendra le nouveau partenaire principal à partir de la saison 2008-2009.

Et le public dans tout ça? Le 90e anniversaire de l'OSR promet encore quelques remarquables incursions hors des sentiers battus. L'inauguration du LHC au CERN, ou encore ce concert interactif, à l'occasion du Nouvel An des jeunes, le 7 janvier 2008. Après avoir téléchargé les partitions sur le site internet de l'orchestre, tout un chacun pourra venir répéter une heure avant la représentation, et chanter ensuite sur la scène du Victoria Hall, avec l'orchestre. Leur orchestre, «celui de tous les Genevois.»

Rens. http://www.osr.ch ou 022/807 00 00