Le poche de la semaine

«Luce et Célie» de Roland Buti

Un nouveau roman de l’auteur du «Milieu de l’horizon»

Le poche de la semaine

«– Toi, ma petite, si un jour tu dois pleurer tout ce que tu as ri, tu ne t’arrêteras jamais…»

Genre: Roman
Qui ? Roland Buti
Titre: Luce et Célie
Chez qui ? Zoé poche, 176 p.

On est en 1933. La petite Luce a 8 ans quand son père meurt d’avoir inhalé les miasmes de la fonderie à côté de son atelier.

On est en 2000. Deux femmes âgées s’introduisent de nuit dans une maison promise à la démolition. Elles ont quelque chose de compromettant à récupérer.

Dans ce roman paru en 2007 et largement remanié, Roland Buti entrelace dans le désordre chronologique les destinées de Luce et de Célie. Luce est l’épouse brimée et terrorisée de Jean Périard, imprimeur fortuné, spécialisé dans la production de billets de banque. En 1959, Célie travaille comme gouvernante dans la villa du couple. Si elle a postulé pour cet emploi, c’est qu’elle a un projet: «Pourrir la vie de Jean Périard». Cette haine s’explique par son histoire familiale compliquée, une captation d’héritage, une injustice de classe.

Entre la bourgeoise alcoolique et la domestique se tisse une amitié fondée sur le dégoût que leur inspire cet homme. Chacune a ses raisons de lui en vouloir. Pour se débarrasser de lui sans risquer d’être démasquées, elles inventent un scénario cocasse qui envoie au Brésil un ami complaisant et une belle-mère acariâtre. Roland Buti joue ici dans un registre burlesque inattendu.

Mais l’auteur du Milieu de l’horizon, ce beau roman largement primé, n’oublie pas sa veine sociale. A travers les destinées de ces deux orphelines, c’est le monde des années cinquante et soixante qui est évoqué, le boom économique au sortir de la guerre, le règne de l’argent et l’émancipation féminine.

Publicité