Le CD s'ouvre sur un carillon de cloches de vaches en désalpe. Rapidement une voix s'élève, entonnant «Lyoba». Mais soudain, le lyrique Ranz des vaches se transforme en un râle grossier, vite rejoint par la rythmique martiale du «We Will Rock You» de Queen. De «Lyoba» à Yoo Baa, il n'y a alors qu'un pas, allégrement franchi par les joyeux drilles de Rap From Age. Lesquels scandent le patois du Ranz des vaches sur un rythme rap bon teint.

Entonné pour la première fois il y a cinq ans dans le cadre de la Revue de Lutry, ce Yoo Baa irrévérencieux est né de l'esprit d'Olivier Répa. Face au succès du rap, le jeune homme s'associe au musicien Trévi Lafontaine, avec l'intention de prolonger la plaisanterie au disque. L'idée fait son chemin, avant de prendre forme à l'approche de la Fête des Vignerons, occasion rêvée de promouvoir le titre.

Autoproduit, le maxi-3 titres de Rap From Age a trouvé sa place chez les disquaires. Et Couleur 3 a prévu d'en faire son jingle pour tout ce qui concerne la manifestation veveysanne. Radio Arlevin, enfin, prévoit de le diffuser à l'occasion.

Sans bouleverser le paysage rap romand, le Yoo Baa de Rap From Age se déguste sur le pouce, un sourire aux lèvres. Et ne s'avère finalement pas moins bon que les hymnes celtiques de Manau et autres Matmatah. Comme il se doit, le disque se termine sur un «là-haut sur la montagne», magnifié par le timbre d'un cor des Alpes…

Rap From Age. Yoo Baa