Vous détestez les séries télévisées mais vous avez adoré Mad Men? Alors, ce coffret est pour vous: Advertising from the Mad Men Era, le coffret qui plaît même à ceux qui détestent la pub. Jingle!

C’est un coffret impressionnant mais cool paru chez Taschen en deux volumes. Le premier zoome sur les publicités des années 1950. Le second cible les sixties. Les deux racontent une Amérique où la consommation est encore associée au progrès, où la pub tend un miroir prescripteur et grandissant à la société. Peu de textes, priorité aux affiches, aux pages de magazines. Sur les murs, la couleur éclate. Sur les trottoirs, le noir et le blanc ne se mêlent pas.

Comme toujours chez Taschen, ce coffret balance intelligemment entre culture et hédonisme. Le lecteur y trouvera ce qui nourrit l’actuelle nostalgie des années 1950-1960 décrites par Mad Men. Fascination pour le capitalisme sans remords. Alcool, clope, même pas peur de la mort… C’est l’époque où s’impose, en communication, la notion de «Big Idea» qui veut qu’une bonne pub repose sur un concept inédit (d’où l’éclosion d’une nouvelle corporation, celle des «créatifs»). Une bible, donc, qui sort alors même que Mad Men inspire une flopée de séries télévisées greffées sur les années 1960 ( Pan Am, Magic Cityetc.).

«Ex-fan des sixties», chantait Jane Birkin. New fan des sixties, tu veux dire.

«Advertising from the Mad Men Era», J. Heimann et S. Heller, coffret 2 vol. fran. + all. + angl., 1400 p. Ed. Taschen.