Série TV

«Madam Secretary», une nouvelle femme aux Affaires étrangères américaines

La RTS dévoile ce soir une série dans laquelle Téa Leoni incarne une mère propulsée au Secrétariat d’Etat. A comparer à «Designated Survivor»

Le hasard est piquant. Alors que le président américain élu Donald Trump hésite dans la nomination de son secrétaire d’État, voici que la RTS dévoile, ce jeudi soir, Madam Secretary, ou les difficultés d’une idéaliste propulsée au poste de ministre des Affaires étrangères. A voir le pilote, cette nouvelle fiction politique doit convaincre.

Lire aussi: Donald Trump pourrait nommer son «frenemy» à la tête de la diplomatie américaine

Téa Leoni incarne Elizabeth, ancienne de la CIA devenue professeure d’université, heureuse en mariage et en famille, avec deux ados stimulants. L’avion du secrétaire d’État s’écrase, c’est apparemment un accident, et le président l’appelle à la barre des relations avec l’étranger. Au moment où deux jeunes Américains sont enlevés à Damas.

L'histoire immédiate évoquée

La Syrie, le défi médiatique sur le plan national, puis une allusion à la crise de Benghazi qui plomba naguère la position de Hillary Clinton: Madam Secretary n’hésite pas à oser les allusions à l’histoire immédiate. Toutefois, la créatrice Barbara Hall semble privilégier les axes de la découverte du pouvoir – par une constante compétition avec le chef de cabinet – et de la double vie d’une femme de pouvoir, entre les aléas du gouvernement et la famille. Cette Elizabeth suit Madeleine Albright et Hillary Clinton, dans un monde néanmoins de pure fiction.

Pouvoir ou famille

Il y a aura une amusante comparaison à mener entre deux séries concurrentes, et finalement assez proches: Designated Survivor d’un côté, Madam Secretary de l’autre. Kiefer Sutherland à droite, Téa Leoni à gauche.

Le tâcheron de l’administration catapulté président, la brillante intellectuelle polyglotte promue, mais vite corsetée, au poste de ministre. Mais aussi, l’homme en transformation par la fonction, taiseux, soutenu par son épouse tout en confiance. Et dans l’autre camp, la femme honorée, subissant les vents contraires, qui doit gérer la tablée familiale le soir. Les clichés ne sont pas loin.

Lire aussi: En pleine campagne américaine, Kiefer Sutherland se fait président


«Madam Secretary» Deux épisodes. RTS Un, dès 21h.

Publicité