La première fois, il avait accueilli le spectateur dans sa chambre, une scène en forme d’alcôve en vérité. Raimund Hoghe l’attendait sur le seuil et on était magnétisé. A cause de ses yeux qui brûlaient comme des braises, de son front qui était un delta et un au-delà. A cause de son corps surtout, corps fragile car bossu, corps paysage chargé d’un malheur ancien qu’il conjurait pourtant.

Lire aussi: La grâce selon Raimund Hoghe