Les romans noirs de David Joy racontent des histoires de violence et de survie. Ils se situent tous dans le petit comté de Jackson, dans les Blue Ridge Mountains en Caroline du Nord, à l’extrême sud des Appalaches. C’est là que l’écrivain de 38 ans habite, en famille, dans une maison en pleine forêt. Enfant, il a été agressé par un homme qui lui a braqué un pistolet contre la tempe. Traumatisé, il s’est promis de ne plus jamais redevenir une victime. On imagine dès lors le double écho, psychologique et littéraire, du conseil de son mentor et professeur d’écriture créative, Ron Rash: pour atteindre l’essence d’un personnage… il faut lui coller un pistolet sur la tempe. Ou l’art des situations limites.

Lire aussi: Sur les traces d’une jeunesse enfuie, le nouveau roman de Richard Russo