Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
«Mamma Mia! Here We Go Again».
© Jonathan Prime

Cinéma

«Mamma Mia! Here We Go Again», le retour réussi d’un «feel-good movie»

Dix ans après, l’équipe de la comédie musicale à succès est de retour dans une suite aussi enthousiasmante que fleur bleue. De nouveaux visages complètent le casting, apportant un coup de jeune à Meryl Streep, Colin Firth ou Pierce Brosnan

Souvenez-vous, en 2008 nous découvrions Donna (Meryl Streep) et sa fille Sophie (Amanda Seyfried) sur l’île paradisiaque de Kalokairi, en Grèce. Sur le point de se marier, la jeune femme conviait alors trois anciennes conquêtes de sa mère dans l’espoir de découvrir l’identité de son géniteur, le tout rythmé par les chansons du groupe suédois ABBA.

Quelques années plus tard, Sophie vit non loin de la maison de Sam (Pierce Brosnan) sur la fameuse île grecque, sans savoir qui est son père. Elle poursuit alors le rêve de la «Dancing Queen» en inaugurant l’Hôtel Bella Donna (rénové) où sa mère s’était exilée en 1979. Les images du passé surgissent. Elles dévoilent l’histoire de Donna (Lily James) depuis l’obtention de son diplôme jusqu’à son arrivée sur Kalokairi, parsemée des rencontres avec Harry (Hugh Skinner), Bill (Josh Dylan) et Sam (Jeremy Irvine). Sophie revit alors cette folle aventure, faisant face, elle aussi, à des imprévus: l’absence de son mari Sky (Dominic Cooper), la préparation de la fête et un heureux événement qui se profile.

Un casting de choix

Dès les premières minutes, le décor est planté. L’équipe du premier film est (presque) au complet et si les années ont filé, laissant sur leur passage rides et cheveux blancs, elles n’ont toutefois pas altéré la complicité des personnages. Amanda Seyfried demeure aussi déterminée, Julie Walters (Rosie) conserve sa sensibilité amusante et Colin Firth (Harry) reste fidèle à lui-même: toujours aussi maladroit. La star de Kingsman n’a d’ailleurs pas perdu de sa superbe, s’étant même bonifié avec le temps, à l’image du bon vin. C’est en tout cas ce que souligne avec humour le douanier du port (Omid Djalili). On ne peut pas en dire autant de Pierce Brosnan car, avouons-le, l’ancien James Bond a pris un sacré coup de vieux.

Mamma Mia! Here We Go Again ne s’éternise pas dans le présent et remonte vite le cours du temps. Nous voici donc en 1979 pour revivre les aventures de la jeune Donna et la rencontre avec ses trois amours. Lily James, Hugh Skinner, Josh Dylan et Jeremy Irvine soumettent les personnages principaux à une cure de jouvence sans toutefois les dénaturer. Heureux de découvrir enfin le parcours de la leader des Donna and the Dynamos, les allers-retours temporels laissent perplexe, du moins durant un bon tiers du film. Sans contester le choix du casting, le portrait de la jeune Donna suscite un sentiment d’anachronisme chez le spectateur tant cette jeune fille a des allures de Shakira.

Au rythme des tubes

Mamma Mia! avait régalé les fans d’ABBA en reprenant les plus grands succès du groupe. L’histoire se déroulait au fil du répertoire des Suédois, faisant également découvrir aux plus novices des chansons moins populaires mais tout aussi fameuses. Ol Parker, le réalisateur de cette suite, adapte la recette de celle qui l’a précédé, Phyllida Lloyd. Dancing Queen, Here we go again, soit les fameux tubes du groupe, rythment à nouveau le récit. Là aussi, des morceaux oubliés sont interprétés, à juste titre, par les acteurs tels When I kiss the teacher, Angel Eyes ou encore Thank You for the Music.

La chanteuse et comédienne américaine Cher nous gratifie d’une entrée fracassante, sublimée en arrière-plan par un feu d’artifice de grande ampleur. Elle entonne Fernando avec Andy García, s’invitant à la fête dans le rôle de la grand-mère. Et si l’on s’amuse de cette scène très fleur bleue, on se laisse vite submerger par l’émotion face à My Love, My Life, repris en duo par Amanda Seyfried et Meryl Streep dont l’apparition est bien trop tardive.

Strass et paillettes sont bien entendu au rendez-vous de ce feel-good movie à l’histoire déjà toute tracée. Ol Parker offre tout de même, pour son quatrième long métrage, une suite réussie. Il donne un coup de jeune à cette célèbre comédie musicale. Mamma Mia! Here We Go Again déborde d’une fraîcheur qui a le don de dérider, au propre comme au figuré.


Mamma Mia! Here We Go Again, de Ol Parker (Etats-Unis, 2018) avec Lily James, Amanda Seyfried, Meryl Streep, Pierce Brosnan, 1h54.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps