Le Manoir de Martigny, 50 ans en trois temps

Exposition Le musée se raconte à travers les regards des trois directeurs successifs

Ouvert en 1964 sur l’instigation du Cercle des beaux-arts, le Manoir de la Ville de Martigny a ensuite, à partir de 1971, été dirigé par trois personnalités, Bernard Wyder jusqu’en 1981, puis Jean-Michel Gard jusqu’en 2006 et enfin Mads Olesen, qui tient toujours les rênes de cet espace d’expositions. La manifestation qui commémore ce demi-siècle d’activité est judicieusement construite en trois temps, selon la politique menée par chacun.

Le premier, Bernard Wyder, s’est entouré – dans le grand salon du deuxième étage – d’œuvres et d’artistes qu’il a contribué à promouvoir. Des artistes de la tradition valaisanne et notamment de l’Ecole de Savièse, comme Edouard Vallet, Edmond Bille, Ernest Biéler et la plus sulfureuse, Marguerite Burnat-Provins, représentée par une affiche lithographiée. On découvre également une eau-forte particulièrement originale de Bernhard Luginbühl, où le monumental Cyclop devient minuscule, ainsi qu’une sérigraphie de Max Bill, ou encore de belles figures peintes et dessinées par la moins connue, Marthe Hirt, en 1930.

A son arrivée, Jean-Michel Gard invite des artistes locaux, qui trouvent dès lors une tribune. Tels Pierre Loye et ses dessins à la fois statiques et mouchetés, Gianfredo Camesi au travers d’une magnifique estampe, Marie Gailland, Rudolf Mumprecht, André Raboud et ses sculptures léchées.

Vague contemporaine

Enfin, Mads Olesen construit «son» espace autour de la figure humaine. Avec une effigie récente, sur carton ondulé, d’Omar Ba, des portraits des Chinois Xu Wei Xin et Xin Dongwang, ou des photographies de masques du Lötschental par Oswald Ruppen. Sans oublier l’artiste sierrois Laurent Possa, qui investit toute la maison de ses découpes et chutes de tôles, issues d’une caravane désormais ajourée, présentée dehors, sur la pelouse.

Le même Mads Olesen a eu la bonne idée d’offrir deux petites salles du rez-de-chaussée à de jeunes artistes et curateurs, en l’occurrence Vincent Kohler, Vidya Gastaldon, Alexia Turlin, Alexandre Joly, Katrin Hotz et quelques autres. Un heureux contrepoint prospectif.

Le Manoir 1964-2014. 50 ans d’expositions. Manoir de la Ville de Martigny (www.manoir-martigny.ch ). Ma-di 14-18h. Jusqu’au 18 janvier.