Faut voir

M comme manqué

Des lettres blanches et obliques sur un fond vert gazon. Un liseré et une capitale orange. Une inscription noire. Tout résident en Suisse depuis plus de trois semaines identifie immédiatement ces codes comme ceux de la marque M-Budget, les produits à bon compte du géant distributeur. Ils sont utilisés ici par les opposants à la nouvelle loi sur la police, clamant «Non à une police au rabais». Au premier coup d’œil, on se dit que c’est bien vu. Le message est immédiat, presque subliminal. L’affiche fait sourire, elle est fédératrice parce qu’elle parle le langage du peuple. Qui, en France ou en Italie, saurait décoder cette allusion à l’économie helvétique?

Et puis on se ravise un peu. N’est-ce pas le placard et son slogan qui apparaissent soldés? Ou bien: en inscrivant Maudet à l’espace où est normalement écrit Migros, les communicants n’augmentent-ils pas le capital sympathie du conseiller d’Etat en charge de la sécurité, connaissant l’affection des Suisses pour leurs incontournables deux fournisseurs orange? Ne disent-ils pas, inconsciemment, «Achetez Maudet»? Chacun, sans doute, fera la lecture qui va dans le sens de son poil électoral. Reste à savoir si cette campagne aura une influence sur les produits dérivés M-Budget. Les propriétaires heureux de lunettes de soleil ou de besaces verte-orange arrêteront-ils de les porter de peur d’être affiliés à Pierre Maudet, aux questions policières ou à Ensemble à Gauche? D’autres chercheront-ils à s’en procurer pour les mêmes raisons? M comme Meilleur, dit la Migros. Mouais.