Actuellement en travaux, la Fondation Martin Bodmer à Genève (19-21, route du Guignard, 1223 Cologny) rouvrira ses portes à l'été 2002. Ses nouvelles surfaces d'exposition conçues par l'architecte Mario Botta permettront de mieux montrer une collection exceptionnelle, riche de quelque 200 000 pièces: livres des morts égyptiens, premiers papyrus de la Bible, comédies de Ménandre, incunables, manuscrits et éditions originales de la littérature universelle.

A ces trésors s'ajoutent des manuscrits autographes d'écrivains du XVIIIe au XXe siècle. Parmi les auteurs français, on citera Montesquieu, Voltaire, Rousseau, Diderot; quelques précieux feuillets des Mémoires de ma vie de Chateaubriand échappés à l'autodafé de ses papiers; des textes autographes de Nerval ou de Balzac et une version très raturée de la première Education sentimentale de Flaubert. Au XXe siècle, des notes préparatoires de Gide pour Les Caves du Vatican, le manuscrit du Soulier de satin de Claudel, de Courrier Sud de Saint-Exupéry et de Sous le Soleil de Satan de Bernanos – sans oublier le fleuron du futur musée: un jeu d'épreuves du début d'A la Recherche du temps perdu, surchargé par Proust d'ajouts et de repentirs, qui a été acquis l'an dernier aux enchères à Londres pour 1,6 million de francs (lire LT du 2 août 2000).