Flâner à Genève à la recherche d’un coin de soleil ces prochains jours, c’est prendre le risque d’être doublement ébloui. De voir, derrière la devanture d’un café, le menu remplacé par un arc-en-ciel hypnotique. Ou la façade du Palais Eynard soudainement prendre vie. Autant de signes que le Mapping Festival, rendez-vous des cultures technologiques, arrive en ville.

Les rassemblements à l’intérieur restent limités? Raison de plus pour cette nouvelle édition d’investir l’espace public. Grâce au Parcours urbain par exemple qui, comme l’automne dernier, sème les installations d’une douzaine d’artistes dans les vitrines de commerces genevois, du Qafé Guidoline aux Pâquis au magasin de vinyles Bongo Joe Records, place de l’Ile. On les piste à l’aide de QR codes, ou au hasard d’une promenade.