Depuis qu’au 1er janvier, une nouvelle loi régit le soutien de la Confédération aux pratiques artistiques, l’Office fédéral de la culture (OFC) se redéfinit. Privé de certaines activités au profit de Pro Helvetia, l’OFC investit d’autres champs, que son directeur Jean-Frédéric Jauslin a présenté jeudi. Avec un sens du hameçonnage: le Neuchâtelois démarre le compte à rebours pour le 10 septembre.

La valse des listes

Le 10 septembre, en effet, sera révélée la liste de 167 traditions vivantes retenues par des experts pour un premier tour. La démarche est liée à l’Unesco, qui veut répertorier le patrimoine immatériel. En juin 2011, les cantons déballaient leurs 387 pratiques précieuses, du chant argovien à la Fête des vignerons en passant par l’Esprit de Genève ou la dentelle de Neuchâtel. Après le premier choix de 127, le chemin deviendra plus difficile: au final, le Conseil fédéral ne présentera que trois à cinq traditions à l’Unesco. Jean-Frédéric Jauslin relève que «le processus de sélection et les critères ne sont pas encore établis». La tâche s’annonce rude.

Des musées soutenus

L’Etat fédéral fait une incursion remarquée dans le financement de certains musées. Conséquence de la nouvelle loi, sur ce point par la volonté du parlement et non du Conseil fédéral, l’OFC va désormais appuyer des institutions, ou des réseaux tels que Memoriav, qui ne relèvent pas de la Confédération: le Musée des transports, qui recevait déjà un subside par un autre canal, mais aussi le Musée alpin, la Fondation pour la photographie de Winterthour ou le Musée du sport de Bâle. Ceci pour 2012 et 2013. Dès 2014, six autres instances bénéficieront de ces largesses, dont la Collection de la danse de Zurich et Lausanne ou le Musée de l’habitat rural de Ballenberg.

Ces nouveaux appuis ouvrent une boîte de Pandore; d’ailleurs, les demandes pleuvent. Jean-Frédéric Jauslin se défend en arguant que son Office ne soutient pas de musées d’art, en voulant miser sur «des thèmes particuliers, et des centres de compétences».

Bientôt une pluie de prix

L’OFC prépare en outre sa montée en puissance en matière de prix et distinctions – non sans débat dans les milieux concernés, sur la déferlante de récompenses qui se prépare. Après les arts, le design et le cinéma, la Confédération pourra en effet primer des créateurs en danse, littérature et théâtre. Les prix seront décernés selon un concours, les distinctions, sur propositions d’experts. De quoi redonner un peu de glamour au labeur de l’OFC.