Certains lieux dégagent une présence si prégnante que l’on n’a pas tout de suite envie de parler mais plutôt d’écouter ce qui s’exprime dans le silence. Je me tiens dans la Galerie Univers qui surplombe la rue Centrale à Lausanne. Une enfilade de fenêtres donne à l’endroit un air de «tour de contrôle» pour décollages imaginaires. Aux murs, les toiles de l’artiste Arduino Cantafora ouvrent d’autres fenêtres vers des paysages intérieurs où passent des locomotives, la lagune de Venise, le pendule de Foucault.

Lire aussi: «Albert Cossery nous invite à en faire le moins possible»