En 2002, au moment de sortir un premier album autoproduit, il s’appelait Monsieur Obsolète. Repéré par un prestigieux label français, il a l’année suivante commencé à enregistrer sous le nom de Jérémie Kisling, devenant alors l’une des belles promesses de la jeune chanson romande. Trois ans plus tard, en 2006, Marc Aymon lui emboîtait le pas en publiant L’Astronaute.

Lire aussi: Marc Aymon dépoussière en direct le patrimoine musical romand

A eux deux, ils ont à ce jour publié dix albums – cinq pour Kisling le Vaudois et cinq pour Aymon le Valaisan. Voici qu’ils ont décidé d’unir leurs forces pour composer un disque à quatre mains. Une surprise? Pas vraiment, tant leurs univers à fleur de peau, tout en mélancolie douce-amère, ont des points communs, même si Kisling a un tropisme pop tandis qu’Aymon est parfois plus folk.

Sur le dernier album de Jérémie Kisling: «Malhabiles», l’adresse pop

En attendant de dévoiler au printemps prochain le résultat de cette collaboration – initiée par Marc Aymon, elle sortira sous son nom –, les deux musiciens entament une série de résidences immersives qui les verra écrire des chansons en public au cœur de plusieurs musées romands. Forts d’une première expérience au Laténium de Neuchâtel, armés d’un piano et d’une guitare, ils s’inspireront des collections des institutions pour composer. Chaque résidence s’achèvera sur un concert. La première étape de cette tournée d’un genre nouveau se déroule ce week-end à Avenches.


Aventicum – Site et Musée romains d’Avenches, 12-13 sept.; Château de Gruyères, 14-19 sept.; Musée Jenisch, Vevey,  3-8 nov.; Musées cantonaux du Valais, Sion, jan-fév 2021.