Autrefois, le colporteur passait chaque année dans les villages, proposant des boutons, des rubans et des livres aux habitants des régions reculées. Cinéaste indépendant, Daniel Duqué perpétue la tradition: il frappe à la porte des maisons valaisannes pour fourguer des DVD de ses films, plus contemplatifs que dramatiques (A travers les branches d’un arbre, Derniers pétales d’une marguerite…), et engage un dialogue avec ceux qui lui ouvrent leur porte. Il les filme aussi.