En février 1986 s’ouvrait en Sicile, au tribunal de Palerme, ce que l’histoire retiendra comme le «Maxiprocesso». Un maxi-procès spectaculaire, hypermédiatisé et sous haute tension qui verra pas moins de 475 accusés comparaître pour divers crimes liés aux activités de la redoutable Cosa Nostra. A l’origine de ce procès historique, un homme: Tommaso Buscetta. Devenu un des cadres respectés de la mafia sicilienne, il décidera, voyant avec effroi le coût humain de la guerre des clans mais aussi, plus prosaïquement, afin de se protéger, de se repentir. Brisant le pacte de loyauté et de silence qui est au cœur du fonctionnement de la mafia, il se mettra comme on dit à table.