opéra

Marek Janowski, grand chef de théâtre

Deuxième étape d’un grand projet wagnérien, en concert à Berlin, en vue de l’année du bicentenaire en 2013

Genre: opéra
Qui ? Richard Wagner
Titre: Die Meistersingervon Nürnberg
Chez qui ? (4 CD Pentatone/h. m.-Musicora)

Il refuse depuis longtemps de diriger dans la fosse, mais Marek Janowski reste un fameux chef de théâtre. Le prélude donne ici le ton: l’Orchestre symphonique de la Radio de Berlin sonne large mais clair, bois chatoyants, cuivres nets, cordes généreuses. La démarche est alerte, sans empesage ni pathos; la partie contrapuntique est enlevée avec brio, et conduit vers une conclusion exaltante. Puis, tout au long des trois actes, ça avance, ça entraîne, dans une présence symphonique merveilleusement vivante. Et quelle prise de son, ample et aérée!

Ainsi s’engage – après un Vaisseau fantôme qui inaugurait la série – un nouveau cycle Wagner en dix étapes, enregistré en direct sous forme de concerts à la ­Philharmonie, qui s’achèvera à point pour 2013, bicentenaire de la naissance du compositeur que le Rundfunk-Sinfonieorchester entend fêter sous la conduite de son chef. Avec la participation du chœur de la même radio, dont on a eu l’occasion chez nous de constater la qualité magistrale.

Il faut aussi des chanteurs. Force est de constater qu’ils sont convenables, sans être toujours à la hauteur d’une telle beauté orchestrale et chorale. On rêverait de Jonas Kaufmann en Walther; on a Robert Dean Smith, qui a du métier et de l’élan, mais peu de charme vocal et des aigus trop serrés. Ils étaient à Genève en 2006: on a plaisir à les retrouver, Dietrich Henschel en Beckmesser (bien chantant, jamais caricatural) et Albert Dohmen en Sachs (grande autorité, parfois déclamatoire, voix large mais un peu durcie).

Publicité