Inès est une redoutable et froide femme d’affaires allemande. A Bucarest, employée par une entreprise ultralibérale à défaut d’être humaine, elle a pour mission de délocaliser les sous-traitants d’un grand groupe pétrolier. Est-elle heureuse? On en doute, tout comme son père Winfried lorsqu’il lui rend visite, mais qu’elle n’a pas de temps pour lui. Celui-ci décide alors de rester à ses côtés, mais en mode incognito. Voici qu’il se déguise en Toni Erdmann, alter ego facétieux qui à coups de perruques et dentiers improbables se fait passer d’abord pour un coach personnel, puis pour l’ambassadeur d’Allemagne, afin de garder un œil sur Inès.

Lire aussi:  «Toni Erdmann» a séduit le public de Cannes