Au soir du 26 septembre, si les pronostics ne sont pas déjoués, les Suisses auront sanctifié par le vote l’ouverture aux couples de même sexe de cette institution plurimillénaire et en principe un peu désuète qu’est le mariage. Et pourtant, on ne sent pas vraiment de révolution passer dans l’air qui souffle ces jours-ci. Le temps que la Suisse s’est octroyé pour franchir le pas aura permis à l’opinion de mûrir, lentement mais sûrement, loin des polémiques parfois virulentes qui ont pu germer ailleurs. La quasi-unanimité d’aujourd’hui va donc de soi, si bien qu’il ne semble plus valoir la peine de l’interroger.