Elle éblouit par son allure, son naturel. Jeune mezzo-soprano française, Marianne Crebassa a fait vive impression dimanche soir au Grand Théâtre de Genève. Accompagnée par le pianiste turc Fazil Say, elle a chanté des mélodies françaises s’appuyant sur une diction exemplaire. Qu’il est soulageant de pouvoir entendre des poèmes en musique sans devoir baisser les yeux sur le texte dans ses notes de programme pour en saisir le sens!

Venu nombreux, le public du Grand Théâtre a eu l’air un peu désarçonné (certains mélomanes, du moins) par la dramaturgie du récital alternant mélodies chantées et pièces pour piano seul. Il y avait des compositions de Fazil Say lui-même à la fin de la soirée, créant une sorte de hiatus avec le reste du programme entièrement centré sur les romantiques et impressionnistes français.