Madame de Lafayette, «La Princesse de Clèves» (Folio)

C’est un de mes livres fétiches. A chacune de mes lectures, que ce soit à 14 ans, à 20 ans, aujourd’hui à 50 ans, j’ai toujours découvert un nouveau livre. C’est la marque des chefs-d’œuvre. J’ai mis du temps avant de comprendre qu’il s’agissait d’un roman sur une adolescente qui découvre l’amour. La princesse n’a que 15 ans. Je conseille toujours de sauter les quinze premières pages, elles sont décourageantes. Il faut les lire à la fin. Elles donnent la dimension politique du livre: la princesse de Clèves n’était qu’un pion, une monnaie d’échange, sur l’échiquier impitoyable de la cour de France.