Voilà des années que je collectionne les représentations de lectrices et de lecteurs. Les premières me semblent plus nombreuses que les seconds. Mais cette constatation est purement empirique et vient peut-être d’un travers d’identification, étant moi-même une lectrice.

Au hasard de mes recherches, je suis tombée sur le fragment somptueux d’un retable du peintre flamand Rogier van der Weyden, intitulé Marie-Madeleine lisant. Une peinture sur bois de chêne, réalisée à l’huile entre 1435 et 1438, probablement à Bruxelles. Marie-Madeleine lit aujourd’hui, dans sa robe verte ourlée de fourrure grise, assise par terre sur un coussin rouge, à la National Gallery à Londres.