Il y a une verve et une originalité qui frappe dès les premières lignes. Les îles aux Pins de Marion Poschmann impressionne par sa maîtrise narrative. «Il avait rêvé que sa femme le trompait. Gilbert Silvester se réveilla hors de lui. La chevelure noire de Mathilda s’étalait à proximité, sur l’oreiller, tentacules d’une méchante méduse plongée dans la poix.»