Cinéma

«Mary»: la bosse blonde des maths

Une fillette surdouée doit trouver sa voie entre une grand-mère impérieuse et un oncle affectueux dans un tire-larmes de qualité

La petite Mary boude à coin, car c’est son premier jour d’école. Elle préférerait rester à la maison avec Frank (Chris Evans, en permission de Captain America), son père et Fred, son chat borgne. Mais elle n’a pas le choix. La première journée se passe mal, elle humilie tout le monde par ses prouesses en calcul mental. Et le lendemain elle casse le nez d’un sale gosse qui s’en est pris à plus petit que lui.

Mary est une surdouée et Frank n’est pas son père, mais son oncle. La direction de l’école insiste pour qu’on inscrive la fillette à l’école des génies. Frank résiste pour des raisons sentimentales. Sur ce, Evelyn, la grand-mère, une universitaire hautaine, riche et intransigeante s’en mêle, car elle a de très grandes ambitions pour sa petite-fille. L’affaire finit au tribunal et remue les ombres du passé – le suicide de la mère de Mary, qui s’épuisa à résoudre une équation pour plaire à sa mère.

Soleil floridien

Mary est un produit bien calibré, opposant les raisons du cœur, défendues par Frank, prof de philo reconverti dans la réparation de bateaux, à celles de l’esprit, soutenues par Evelyn, soit la moiteur nonchalante de la Floride aux sévères rigueurs de la Nouvelle-Angleterre. La grand-mère remporte une première manche, provoquant des déchirements affectifs et des débordements lacrymaux incoercibles, mais, assisté de l’institutrice de Mary (pour laquelle il en pince) et du matou cyclopéen, Frank remporte la partie sous le soleil floridien.

Responsable des deux exécrables The Amazing Spider-Man, Marc Webb s’essaie au mélodrame avec talent. Il est soutenu par le jeu irréprochable des comédiens, notamment la petite McKenna Grace dans le rôle-titre.

Par ailleurs, l’enjeu mathématique s’avère propre à tempérer la charge émotionnelle. Le décalage entre la petite fille gracieuse et les équations totalement hermétiques qu’elle résout est impressionnant. La musique qui se fait entendre pendant ces moments donne au spectateur l’impression d’être surdoué. C’est agréable.


Mary (Gifted), de Marc Webb (Etats-Unis, 2017), avec Chris Evans, McKenna Grace, Lindsay Duncan, 1h41.

Publicité