Genre: Récit
Qui ? Maryline Desbiolles
Titre: Dans la route
Seuil, 142 p.

Malicieuse Maryline Desbiolles qui intitule son dernier livre Dans la route . On y chercherait vainement un air de road movie. Son récit, au contraire, s’ancre solidement là où il est. Il ne voyage que dans le temps, les émotions, l’histoire et les souvenirs. L’auteure de La Seiche (Seuil, 1998) ou d’ Une Femme drôle (hommage sensible à Zouc, L’Olivier, 2010) emmène son lecteur de découverte en découverte. Elle le guide à petits pas, sautant du coq à l’âne, devisant chemin faisant, l’invitant à traverser la route, à jeter un coup d’œil sur les maisons des voisins ou à discuter un peu avec les ouvriers qui bâtissent, juste là, un nouveau rond-point. Tout au plus le lecteur sera-t-il entraîné un peu plus bas pour y voir telle ou telle chose curieuse, ou à venir s’imprégner, un peu plus haut, d’un paysage qui en vaut la peine ou qui fut le théâtre d’un épisode épique ou tragique. De Turin et de Nice, les deux villes que relie la route, il ne sera question que lointainement: c’est l’archéologie du lieu, de la route elle-même, qui compte.

Maryline Desbiolles, à l’image des ouvriers qui ouvrent le récit, creuse sa route en quête de sens. Elle préfère les strates aux kilomètres. Elle convoque une foule d’images quotidiennes ou historiques, fait le récit d’étranges personnes, raconte de terribles accidents. Elle creuse ce mystère partagé, qui associe souvent la vie à un lieu précis, lequel lui donne ses couleurs et sa saveur. Et le lecteur de se demander à son tour, ce qui se passe dans «sa» route à lui…