A la recherche de ses ancêtres savoyards, Maurice Chappaz entraîne son lecteur de Martigny à Mieussy dans la vallée du Giffre, son lieu d'origine.

Le récit de cette allègre balade – moins sa conclusion – avait déjà paru dans l'ouvrage collectif L'Arc lémanique, vingt et un récits sur le lieu (Favre/L'Hebdo, 1988). Il est ici illustré de photos par Matthieu Gétaz. Parti de la tour fauve de La Bâtiaz, Chappaz dessine d'un trait sûr ce Valais «bleu cru et jaune de steppes» qui ressemble au limbe d'une feuille et s'oppose au «gribouillis» du pays de ses ancêtres. Après Monthey et Saint-

Gingolph, on s'enfonce dans une «géographie de troupeaux» pour parvenir à Mieussy: «Enfin m'y voilà! Je suis de nouveau le fils de mon père.» Car c'est de là que Jean-Pierre Chappaz, 15 ans, est parti il y a deux siècles pour gagner Monthey à pied. Cent ans après, son arrière-petit-fils a engendré «Henri au petit œil gris, l'avocat qui gagnait toutes les causes» et reprochait à son fils aîné Maurice de vendre la proie pour l'ombre… Pour sceller sa réconciliation avec cette «contrée à tiroirs et à gouffres», Chappaz s'offre une virée à la source du Giffre, avant de savourer à Abondance un vin blanc de Ripaille.