Les musiciens n'ont pas attendu la vague verte incarnée par Greta Thunberg et les marches pour le climat pour chanter une planète menacée. Chaque semaine de l'été, «Le Temps» vous propose de (re)découvrir une chanson engagée.

Episodes précédents:

Au début des années 1970, alors que le mouvement hippie était déjà passé de l’excitante utopie des débuts (Monterey Pop Festival, 1967) à la gueule de bois des lendemains qui déchantent (Altamont Speedway Free, 1969), Maxime Le Forestier et sa sœur Catherine s’envolent pour San Francisco. Ils y découvrent une maison bleue adossée à la colline – ceux qui y vivent ont jeté la clé et ils mangent tous ensemble, dira-t-il dans la chanson qui le fera connaître. En France, San Francisco devient un hymne hippie et permet en 1972 au premier album de Maxime Le Forestier, Mon frère, de se vendre à plus d’un million d’exemplaires.

Le chanteur a 23 ans et des convictions. Au-delà de sa richesse harmonique et de ses arrangements luxurieux, ce disque enregistré en compagnie de musiciens jazz propose plusieurs textes engagés. Tandis que Parachutiste est antimilitariste, Comme un arbre évoque une nature étouffée par l’activité humaine, dénonce le bétonnage vorace, l’urbanisation galopante de l’après-guerre.

Jeunesse pleine d’espoir

«Comme un arbre dans la ville, j’ai la fumée des usines pour prison, et mes racines on les recouvre de grilles.» La métaphore que file le chanteur est facile. Il évoque un arbre ayant grandi loin de la forêt, comme il ne se reconnaît lui-même plus dans l’immensité grise de la ville. Mais si avec le recul tout cela semble un brin naïf, cela n’était pas le cas en 1972.

Quatre ans auparavant, une année avant la révolution estudiantine de Mai 68, Jacques Tati raillait déjà dans son chef-d’œuvre Playtime l’inhumaine jungle urbaine. Tandis qu’au nord de la Californie le Summer of Love faisait évoluer tant les mentalités que le rock. Maxime Le Forestier, avec Comme un arbre, s’imposait comme le porte-parole d’une jeunesse pleine d’espoir. Une jeunesse prête à aller manifester contre les centrales nucléaires et pour une utilisation raisonnée des ressources. Déjà.