Hors des sentiers battus…

Dans la collection Les décadrés, Maylis de Kerangal s’inspire des dessins de Tom Haugomat pour écrire un récit initiatique

Qui ? Maylis de KerangalTom Haugomat (illustr.)
Titre: Hors-pistes
Chez qui ? Thierry Magnier et Galerie Jeanne Robillard. Dès 7 ans

 

Hors-pistes est le second album de la collection Les décadrés, née d’une collaboration entre les Editions Thierry Magnier et la galerie parisienne Jeanne Robillard, spécialisée en littérature pour la jeunesse. Et le principe de la collection est le suivant: un illustrateur crée, en toute liberté, une série d’images sur un thème donné (ici, la montagne), puis elles sont proposées à un auteur, qui va en choisir, en écarter, les classer, et enfin… écrire une histoire.

 

La démarche est rare, car c’est généralement l’auteur qui intervient en premier. Rares aussi ces pages finales présentant le travail de l’artiste, expliquant la technique qu’il a choisie, les étapes de la production et donnant également la parole à l’écrivain, en l’occurrence dans cet opus Maylis de Kerangal, qui, avant de signer de très beaux livres pour adultes (Naissance d’un pont, Réparer les vivants, entre autres), était éditrice pour la jeunesse!

Lorsque le narrateur avait 7 ans, Bruce, un ami de ses parents, lui a fait une promesse: il l’emmènerait dans la montagne. Et un jour cet homme est là, dans la cuisine, et dit au garçon de préparer ses affaires, ils partent. L’excursion est belle, mais vire au drame: un bloc de glace tombe sur Bruce au fond d’une crevasse. L’enfant devra se débrouiller pour remonter et chercher du secours.

On ne sait que peu de chose des personnages, mais on comprend la solitude du jeune héros: il n’a peut-être plus de parents, ou ceux-ci ne s’occupent pas de lui, et l’adulte qui l’emmène semble penser que ces randonnées aventureuses permettent d’apprendre à vivre avec nos «glaciers intérieurs».

Ce texte elliptique à bien des points de vue – et pourtant d’une netteté, d’une rigueur admirables, l’émotion tenue en retrait, comme Maylis de Kerangal en est coutumière – répond aux choix graphiques de l’illustrateur, Tom Haugomat: des teintes glacées (il n’utilise que deux couleurs et le procédé de la sérigraphie, bien expliqué dans les pages finales, lui permet des effets prenants) pour des paysages très épurés et des personnages sans visage. Il y a comme un vide constitutif de ces êtres, et le lecteur accepte sans peine toutes les failles que les pages lui offrent.

Un beau récit initiatique, riche de ces pistes, dont on remarquera le pluriel et qui sont autant de chemins tracés, mais pas empruntés.