Victor Hugo était adepte des séances de spiritisme. A Jersey, durant son exil, il faisait tourner les tables pour s’entretenir avec les morts. Les fameuses séances ont été retranscrites. Le dimanche 22 janvier 1854, à 9 heures et demie du soir, Shakespeare, excusez du peu, sort des limbes. Hugo lui demande de parler et le fantôme profère cette parole énigmatique: «Mdeilmm». C’est ce mot qu’Hélène Cixous a choisi comme titre de son nouveau livre, paru chez Gallimard. Choisi? Pas exactement. C’est plutôt le livre qui a décidé et Hélène Cixous s’est exécutée, réussissant à convaincre son éditeur de l’adopter même s’il est imprononçable et invendable. Car les livres lui sont «dictés» et il ne faut pas les contrarier… Le sous-titre, Parole de taupe, est tout aussi intrigant.