Je me souviens de l’absence de masques. Je me souviens qu’il n’y avait pas de gel désinfectant. Je me souviens que les pâtes manquaient parfois dans les rayons. Je me souviens des applaudissements au balcon. Je me souviens des processions de gens sagement espacés, patientant pour obtenir une aide alimentaire. Je me souviens que nous allions «aussi vite que possible et aussi lentement que nécessaire». Je me souviens et vous vous souvenez aussi. Premier anniversaire de la pandémie. Elle peuple déjà nos souvenirs communs.

A force de me souvenir, je me suis souvenue de Je me souviens, ce petit livre de Georges Perec. L’auteur de W ou le souvenir d’enfance y récolte de minuscules séquences mémorielles entre 1946 – il a alors 10 ans – et 1961. Ses souvenirs sont parfois historiques, parfois comiques, souvent publicitaires, cinématographiques, musicaux ou d’actualités – plus rarement personnels. Ils sont insignifiants ou graves.