Livres

La mélancolie de l’autostop, selon Sylvain Prudhomme

Un très séduisant roman d’amitié, d’amour et d’errance par Sylvain Prudhomme

Plus de vingt ans après lui avoir demandé «de sortir de sa vie», Sacha retrouve son ami de jeunesse qu’on ne connaîtra que sous le nom de l’autostoppeur. Sacha, à l’orée de la quarantaine, perçoit cette «ligne d’ombre» au-delà de laquelle «on ne devient plus: simplement, on est». Auteur de plusieurs livres, il cherche une vita nova dans le calme en s’installant dans une petite ville du Sud qui ressemble à Arles. Or, c’est là que vit l’autostoppeur, marié et père d’un petit garçon. Dans leur jeunesse, Sacha craignait d’être le pot de terre qui se brise contre le pot de fer, contre la liberté irréductible de l’autostoppeur. Mais là, c’est le destin, il y acquiesce.

Lire aussi: Un road movie début de siècle