«Asseyez-vous, fini les selfies!» lançait une voix amusée dans les haut-parleurs de l’arène veveysanne vendredi soir. Dans l’effervescence de la Fête des Vignerons, les spectateurs sont nombreux à dégainer leur smartphone pour immortaliser la ronde des Cent-Suisses ou, plus tard, l’éclat doré d’un chasselas. Une manière de stocker des souvenirs, d’alimenter son compte Instagram… et de faire l’histoire. Car tout comme il existe des illustrations de la célébration remontant au XVIIIe siècle, ces photos représenteront, dans vingt-cinq ans, autant de témoins du passé. D’édition en édition, le grand album de la Fête des Vignerons s’étoffe et, grâce à la numérisation, forme aujourd’hui un épais nuage d’archives. Qu’on oublie souvent quelque part dans le «cloud».