Il y a d’abord ces images d’archive en noir et blanc, qui rappellent à quel point Salvador Allende (1908-1973) était une figure populaire et porteuse d’espoir pour la création d’un Chili moderne et juste, avant que le coup d’Etat fomenté par le général Pinochet ne le pousse au suicide et que le pays ne plonge dans les ténèbres d’une longue dictature. Quelques mois avant ces tragiques événements, Patricio Guzman tournait les premières images de La Bataille du Chili, qui allait devenir un documentaire fleuve en trois parties montrant comment les utopies socialistes se heurteront à la violence de la junte militaire, et qui le forcera à l’exil. En voix off, le cinéaste de 81 ans se remémore dès le début de Mi país imaginario, son nouveau documentaire, un conseil de son ami Chris Marker: si tu veux filmer un incendie, il faut être là à la première flamme.