C’était dimanche dernier. L’Arena de Genève rouvrait ses portes après un long sommeil avec, en star inaugurale, un troubadour du genre bouillonnant: Christophe Maé. Qui distillait ses refrains ensoleillés aux accents reggae devant quelque 4500 personnes. Certes loin de la capacité normale du mastodonte de Cointrin, qui peut normalement en accueillir le double, mais un carton quasi plein pour la jauge allouée à l’événement. Il avait été reporté à quatre reprises.