Ils ont attendu 90 minutes, pour une annonce qui en a duré trois. Mais, rassemblés dans la salle de spectacle O2 de Londres, ce qu’ils ont entendu avait le goût du miel. Jeudi soir, Michael Jackson, l’incarnation des années 80, a dit à des milliers de fans hystériques qu’il donnerait en juillet, dans cette même salle, une ultime série de dix concerts. «And this is it.» C’est tout. «It’s the final curtain call», a-t-il ajouté: le dernier rappel.

On le croyait définitivement enterré, la santé vacillante, en faillite artistique et financière. En août 2008, l’enfant prodige de la pop ­fêtait 50 ans d’une vie donnée en spectacle. La même année, SonyBMG avait sorti, comme une nécrologie, la réédition de Thriller , l’album le plus vendu de l’histoire. En 2006, il était aux World Music Awards pour, à peine, chanter l’hymne pop humanitaire «We Are The World». Cette réapparition pathétique avait suivi son acquittement, en 2005, dans un procès pour attouchements sexuels sur un adolescent. Sur scène, le «moonwalker» n’a pas été vu depuis sa dernière tournée mondiale en 1997.

Jeudi soir à Londres, il est réapparu sous ce masque de lui-même qu’il affiche depuis des années, lunettes noires et costume à paillettes, teint en plastique, cheveux en toc.

Un cachet de 400 millions

On le dit malade, et sa capacité d’assurer son ultime come-back est questionnée de toute part. Les répétitions devraient débuter dès la semaine prochaine, et certains initiés parient déjà qu’elles se passeront mal, justifiant une excuse passe-partout qui permettrait de tout annuler. Chez AEG, la maison de production des concerts, on assure que «l’homme est en pleine forme». Les clauses du contrat sont en négociation depuis deux ans. Et pour un cachet qui se monterait à 400 millions de dollars selon les estimations de la BBC, Michael Jackson a subi une batterie de tests de santé pour prouver qu’il était capable de donner ces performances.

Le dôme O2, une salle de 20 000 places, a déjà abrité les lucratives résurrections de monstres sacrés tels que Prince, qui, en 2007, y a joué une série de 21 concerts. L’année passée, les légendaires Led Zeppelin s’y étaient exceptionnellement reformés.

Les billets seront en vente dès le 13 mars, entre 50 et 75 livres (83 et 124 francs) et le site officiel de Michael Jackson ( http://community.michaeljackson.com/) permet l’inscription à des pré-ventes.