Michael Sandel a fait irruption sur la scène philosophique dans les années 1980, grâce à un petit livre saillant et bien pensé, Le Libéralisme et les Limites de la justice. C’était un livre contre: contre la figure tutélaire du libéralisme politique qu’était le géant John Rawls, contre la représentation d’un sujet souverain et autonome, maître de ses choix, et contre toute l’organisation sociale qui découlait de cet individualisme tendant naturellement à accorder au marché une place prépondérante.