Michaela Bonetti, Genevoise d'origine tessinoise chante ce soir les airs d'alto de la Passion selon saint Jean de J.-S. Bach. Rencontre avec une inconditionnelle du chef allemand.

Michaela Bonetti est une Latine et elle le revendique. Quand elle parle de Peter Schreier, de leur rencontre, rien ne peut l'arrêter. L'admiration portée pour celui qu'elle appelle «le Maître» s'exprime dans un timbre grave et chaud. «La première fois que je l'ai rencontré, c'était en 1974, avec l'Orchestre de la Suisse romande, dirigé alors par Sawallisch. Il chantait l'Evangéliste dans la Saint Matthieu, j'ai pleuré et je me suis juré de le rencontrer le jour où je saurais un peu chanter.» Patiemment, après des études de piano dans la classe de Louis Hiltbrand, elle devient l'élève d'Anna Reynold en Allemagne, puis de Sherman Lowe à Venise. Ce n'est que bien plus tard, en 1994, qu'elle s'inscrit à un cours donné par Peter Schreier. «Je ne pensais même pas être acceptée, je n'avais pas encore l'habitude de chanter en public!» Mieux que ça, Mme Bonetti va impressionner «le Maître». A tel point qu'il se serait exclamé: «Vous avez dans ce pays une cantatrice de cette qualité et elle ne travaille pas!»

Il faudra attendre mars dernier pour que Michaela Bonetti chante sa première Passion avec Peter Schreier, au Gewandhaus de Leipzig. «J'étais la petite qu'on sort de sa forêt, débarquant dans un haut lieu de la musique, j'en ai dansé de joie.» Une passionnée à écouter ce soir.

T. C.

La Passion selon Saint Jean de J.-S. Bach, Orch. de chambre Carl-Philipp-Emanuel Bach, dirigé par Peter Schreier, cathédrale de Sion, 20 h 30. res. 027/323 43 80.