Il fut un temps où la cérémonie des Molières faisait un peu peine à voir tant ses cousines, les Césars pour le cinéma ou les Victoires de la musique pour le disque, avaient plus fière allure. Depuis quelques éditions, cette fête télévisuelle du théâtre a fait sa mue, a laissé le ton compassé qui la caractérisait dans les coulisses et compris qu'il fallait faire un «bon show» et non pas une simple remise de prix entre initiés pour faire honneur comme il se doit à la scène. Du coup, les têtes d'affiche mais aussi les spectacles musicaux, longtemps boudés, sont enfin conviés à une cérémonie qui fait bien plus parler d'elle.

Qu'on en juge. Ce soir, dans les travées du Théâtre de Paris d'où sera retransmise la 21e édition de la Nuit des Molières, seront présents Michel Bouquet (pour son rôle d'Harpagon dans L'Avare), Michel Piccoli (pour Le Roi Lear), Robert Hirsh (pour Le Gardien de Harold Pinter) ou encore Jacques Gamblin (dans Confidences trop intimes). Tous concourent pour le titre de Meilleur comédien.

Du côté des femmes, le choix sera tout aussi difficile. Isabelle Adjani et son envoûtante Marie Stuart ou Catherine Frot en femme paranoïaque dans Si tu mourrais de Florian Zeller?

En nombre de nominations, c'est la Comédie-Française, «maison» de Molière, qui arrive en tête. Avec, entre autres, le spectacle du Genevois Omar Porras, Pedro et le Commandeur de Lope de Vega. Dans la catégorie «meilleur spectacle du théâtre public», le metteur en scène d'origine colombienne est en concurrence avec Denis Podalydès (Cyrano de Bergerac) et avec Ariane Mnouchkine (Les Ephémères).

Pour le Molière du spectacle seul en scène, on retrouve Nathalie Baye pour Zouc par Zouc, créé à Vidy, ou Philippe Caubère, vu au ForumMeyrin la saison dernière.

La Nuit des Molières, France 2, 20h50